BABOULENE Eugène

Le plus songeur des figuratifs

Qualifié de peintre « le plus songeur des figuratifs », cet artiste est considéré comme un des meilleurs peintres de l’École provençale contemporaine. Il affectionne plus particulièrement les marines et les paysages provençaux, les ambiances simples et chaleureuses, qu’il peint avec finesse dans des harmonies de couleurs aux tons pastels

Eugène Baboulène est le fils de Jean Baboulène originaire de Trejouls dans le Tarn et Garonne et de Suzanne Philip originaire des Pays-Bas. Il est né dans une maison située place du Pavé d’Amour près du cours Lafayette à Toulon

Après l’École des beaux-arts de Toulon, il suit à Paris, les cours de Pierre Laurent aux Beaux-Arts à Paris, tout en s’inscrivant aux Arts Déco. Pour subvenir à ses besoins quotidiens, il entre comme retoucheur de nuit dans un des grands journaux de l’époque  : l’Intransigeant.

Il revient à Toulon en 1931 et vit de son travail de décorateur qu’il exerçe aussi bien dans les maisons closes les plus célèbres de Toulon qu’au théâtre de la ville. Il est nommé professeur de décoration à l’École des beaux-arts de Toulon en 1936. Il peint également mais ses tableaux ne se vendent pas. En 1946, ses rencontres avec les grands peintres catalans Clavé, Tapiès vont être déterminantes. Ils l’incitent à délaisser la décoration pour se consacrer uniquement à la peinture. Sa peinture se révèle, ses tableaux sont enfin appréciés.

À partir de 1950,  il est présent dans toutes les manifestations artistiques importantes. De nombreuses expositions lui ont été consacrées, tant en France (Paris, Nice, Rouen, Nantes, Strasbourg, Le Havre, Bordeaux, Lyon) qu’à l’étranger (Malmö, Londres, Oran, Genève, New York, Berlin, Tokyo, Madrid).

Il est élu membre de l’Académie du Var en 1979. Une place et une maison de Toulon portent son nom.

Récompenses
•1950 : Prix Ève
•1952 : Prix Othon Friesz
•1955 : Prix Esso
•1957 : Prix de la Biennale de Menton

Collections
La vieille cour, huile sur toile, 89 × 115 cm, musée d'art de Toulon